Le compostage

Le compostage, qu’est-ce que c’est ?

Le compostage est un processus naturel et biologique de transformation des matières organiques en un produit semblable à un terreau, riche en composés humiques et minéraux : le compost.

 

Pourquoi composter ?

  • Diminuer sa poubelle de 30% et ainsi limiter le volume de déchets à traiter et leurs impacts sur l’environnement
  • Fabriquer son propre compost, gratuit et 100% naturel, pour fertiliser le sol et les plantes
  • Redonner à la nature ce qu’elle a créé et reproduire le cycle naturel de l’environnement

 

Comment acquérir un composteur ?

La CCPCP vend des composteurs à tarif préférentiel aux habitants du territoire (dans la limite des stocks disponibles).

  • Composteur en plastique (300 litres) : 25€
  • Composteur en bois (300 litres) : 40€

Pour commander votre composteur, vous pouvez compléter directement  ce formulaire internet  ou transmettre par voie postale ce formulaire papier.

Où installer son composteur ?

  • Directement sur le sol, sur un terrain plat, dans une zone où l’eau ne stagne pas
  • De préférence à l’ombre et à l’abri du vent pour avoir un compost ni trop humide ni trop sec
  • Dans une zone proche de la maison et facilement accessible

Astuce : Bêchez légèrement et arroser un peu l’emplacement de votre composteur avant la pose pour un démarrage rapide du processus. Installez un grillage à mailles fines sous le composteur pour éviter la présence de nuisibles (rats, mulots) à l’intérieur du composteur.

 

Quand composter ?

Toute l’année ! Le compostage est toutefois ralenti en hiver, quand les températures extérieures sont basses. Il est important d’alimenter le composteur tout au long de l’année afin de maintenir la vie de ce microcosme.

 

Que doit-on mettre dans le composteur ?

  • Les déchets de cuisine : épluchures, légumes, restes de riz ou pâtes, coquilles d’œufs, marc de café
  • Les déchets de jardin : feuilles, tontes, tailles de haies

Pour un bon fonctionnement du composteur, il ne faut pas y mettre les déchets suivants : viande, poisson, os non broyés, produits laitiers (laitage / croûtes de fromage), huiles de friture, noyaux, coquilles de fruits de mer, mégots de cigarette, cendres de charbon, végétaux malades, litières de chiens et chats, sacs plastiques dits “biodégradables”.

 

Comment utiliser son compost ?

  • Le compost jeune (3 à 6 mois) : ce compost peut être étendu en paillage nutritif. Étalez-le en fines couches autour des plantes, arbustes et arbres et entre les rangs des cultures potagères.
  • Le compost mûr : il apporte l’ensemble des nutriments nécessaires à la terre pour toutes les cultures : le gazon, le potager, les plantes vivaces, les haies ou le rempotage.

Comment reconnaître un compost mûr ? La maturation peut prendre en moyenne 7 à 9 mois. La matière doit être d’une structure granuleuse, de couleur noire, avec une odeur de sous-bois, d’aspect homogène.

 

Les 3 règles d’or du compostage

  • Diversifier les apports : pour réaliser un bon compost, il faut veiller à garder l’équilibre de 50% d’apport en azote (déchets humides : déchets verts, déchets organiques de cuisine) et 50% d’apport en carbone (déchets secs : feuilles mortes, broyat, branches, papiers, cartons bruns, boîtes à œufs découpées).
  • Maintenir une humidité suffisante : le compost doit toujours rester humide, sans être gorgé d’eau. Il faut donc mélanger les déchets trop humides aux autres plus secs. Un léger arrosage peut s’avérer nécessaire en été (eau de pluie ou eau de lavage des légumes par exemple).
  • Brasser et aérer : pour accélérer son développement et l’homogénéiser, le compost doit être régulièrement aéré. Il faut donc brasser et mélanger le compost de temps en temps, avec une fourche ou un brass’compost.

Astuce : Faire une réserve de broyat (branches sèches coupées ou broyées) pour rajouter dans le composteur au fur et à mesure des apports de matière humide.

Pour en savoir plus, téléchargez le guide du compostage (insérer lien).